Des paysans armés ? Deux exemples en Île-de-France à la fin du XIIIe siècle

En 1274, Pierre de Chevry, abbé de Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne) demande à tous les hommes du village et des hameaux qui en dépendent[1] de s’armer sous les 40 jours.  Fin connaisseur de la sociologie de la population dont il est le seigneur, il intègre dans son acte une stratigraphie sociale composée de quatre catégories d’individus qui doivent s’équiper selon leur fortune (« arma sufficienter, secundum quantitatem facultatum suarum »). L’élite villageoise est composée de 12 hommes possédant des biens d’une valeur supérieure à 60 livres. Ils ont l’obligation de s’équiper d’un haubert (« loricam vel hauberjons »), d’un « chapeau de fer » (capella de ferro), d’une épée (« spatam sive ensem ») et d’un couteau (« cultram »). Ceux (une cinquantaine d’hommes) dont les biens ont une valeur comprise entre 30 et 60 livres doivent acquérir un équipement légèrement inférieur : si on retrouve l’épée, le couteau et le chapeau de fer, le haubert est remplacé par un gambison (« tunicas gambesatas sive gambesonos »), sorte de pourpoint rembourré qu’on portait normalement sous le haubert ou la côte de maille et qui, faute de moyens suffisants, sert ici de protection du corps. Ceux dont les biens sont compris entre 10 et 30 livres doivent posséder un « chapeau de fer », une épée sans fourreau, un couteau et une fourche de fer, l’économie se faisant sur la protection corporelle et l’usage militaire d’un outil agricole. Enfin, les plus pauvres du village doivent s’équiper d’un arc, de flèches et d’un couteau (« arcus, sagittas et cultellum »)  et se mobiliser sans élément de protection. Si l’acte a été conservé pour prouver le droit des abbés de Saint-Maur à convoquer un ban, il témoigne également d’une attention particulière à une hiérarchie sociale des tenanciers. S’il n’est pas certain que les mieux armés aient été réellement des paysans (il pourrait s’agir, par exemple, de bourgeois parisiens tenant des terres dépendant de l’abbaye), les deux dernières catégories semblent bien renvoyer au monde villageois, comme le laisse penser la mention d’une fourche dans les armes. Les exigences des moines de Saint-Maur en la matière ne sont pas isolées. L’abbaye Saint-Germain-des-Prés procède également à ce genre de convocation comme à Issy-les-Moulineaux en juin 1295. À cette date, « touz les hostes d’Yssi » sont appelés à se rassembler sous huit jours « apparilez de armeures souffisamment, et à pié et à cheval, chascun soulont son estat ». L’armement individuel n’est pas détaillé mais le texte renvoie lui aussi aux moyens de chacun selon une hiérarchie sociale sous-entendue mais connue des autorités et des villageois. Le récit du rassemblement rapporté dans le registre de Saint-Germain-des-Prés est par contre plus clair sur les intentions des moines, seigneurs du lieu. Le constat est fait que les tenanciers dépendant des vassaux de l’abbaye ne sont pas présents, ce qui débouche sur une procédure judiciaire imposant à tous les tenanciers, y compris ceux dépendant des fiefs et arrières-fiefs, de répondre à la convocation du ban. L’enjeu n’est donc pas tant d’armer les paysans que d’affirmer l’autorité seigneuriale de l’abbé. Il reste que la conséquence matérielle de cette affirmation est bien l’obligation pour les habitants de disposer d’armes (a minima dans le cas de Saint-Maur, d’un arc et d’un couteau), sans qu’on sache si celles-ci sont conservées à domicile ou dans un lieu commun.

Représentation de paysans en armes lors de la Jacquerie en Beauvaisis
(BM Besançon, ms 677, f. 98, fin XIVe s.)

L’armement paysan a été très peu abordé par les historiens médiévistes, sans doute un peu victimes du carcan inutilement rigide de la théorie des trois ordres réservant le rôle du combattant à l’aristocratie. La question a cependant été posée par Pierre Bonnassie pour le paysan libre du tournant des Xe-XIe siècles, soulignant que sa liberté pouvait être dûe au fait qu’il « est encore, du moins en certains lieux, un homme armé », même s’il rappelle dans la foulée que « ce problème de l’armement paysan est, à vrai dire, extrêmement mal connu », faute de sources adéquates et aussi parce que les conciles de Paix présentent systématiquement les paysans comme « sans armes ». Les actes franciliens de la fin du XIIIe siècle se font de toute façon dans un contexte social et politique bien différent. C’est finalement l’historiographie des XIVe et XVe siècles qui a le plus évoqué les armes des paysans. Ainsi, Vincent Challet, en survolant les révoltes paysannes de la seconde moitié du XIVe siècle, ne peut que relever qu’elles impliquent un armement minimal, notamment dans le cas des actions menées par les Jacques ou les Tuchins dont les sources relèvent leur équipement (arbalètes, épées) sans s’en étonner outre mesure. Pour lui, l’image d’Épinal du paysan armé d’un simple bâton ne tient pas devant la capacité de résistance et d’engagement de ces mouvements dans des combats face à des professionnels de la guerre. De fait, il en conclut que « les campagnes de la fin du Moyen Âge abondent en armes, contrairement à ce que l’on pourrait penser, signe tangible que le désarmement paysan n’a jamais été véritablement effectif ». D’ailleurs, pour la seconde moitié du XIVe siècle, les travaux de Françoise Piponnier à partir des inventaires après-décès bourguignons montrent qu’on peut effectivement trouver chez des paysans aux fortunes variées un équipement militaire minimal pouvant aller jusqu’à l’arbalète, même si ces mentions ne concernent pas la majorité des cas.

Situés chronologiquement entre deux périodes sur lesquelles l’historiographie a plus porté son regard, ces actes des abbés de Saint-Maur-des-Fossés et Saint-Germain-des-Prés posent différemment la question de l’armement paysan : le villageois armé n’est ici ni un homme libre cherchant à se défendre ni un révolté, il obéit à une injonction seigneuriale sans enjeu militaire. Celle-ci s’appuie-t-elle sur un armement paysan déjà effectif ou l’encourage-t-elle ? Difficile de trancher à ce stade : il serait nécessaire de recenser ce type de convocations et de penser les continuités juridiques et matérielles qu’elles entraînent.

Bibliographie

Pierre Bonnassie, « D’une servitude à l’autre (des paysans du royaume, 987-1031) », in R. Delort (dir.), La France de l’An mil, Paris, 1990, p. 125-141.

Vincent Challet, « Al arma ! Al arma ! Prises d’armes et recours aux armes à l’époque médiévale : entre autodéfense et revendication de liberté », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 118-4, 2011, p. 21-34.

Françoise Piponnier, « L’armement personnel en Bourgogne à l’époque de la guerre de Cent Ans », Fasciculi archaeologiae historicae, 15, 2002, p. 71-78.

Louis Tanon, Histoire des justices des anciennes églises et communautés monastiques de Paris: suivie des registres inédits de Saint-Maur-des-Fossés, Sainte-Geneviève, Saint-Germain-des-Prés, et du registre de Saint-Martin-des Champs, Paris, 1887.

Anne Terroine, Un abbé de Saint-Maur au 13e siècle: Pierre de Chevry 1256-1258, Paris, 1968.


[1] Le territoire de Saint-Maur-des-Fossés englobaient la commune actuelle de Joinville-le-Pont avant la Révolution. L’acte mentionne la Varenne (aujourd’hui quartier de la ville) comme lieu de rassemblement, mais aussi des hommes venus de Champigny et Nogent, aujourd’hui communes limitrophes, et encore Champignol, aujourd’hui quartier de Saint-Maur.

Pour citer cet article: Mickaël Wilmart, "Des paysans armés ? Deux exemples en Île-de-France à la fin du XIIIe siècle," in Novalis, 25/11/2021, https://novalis.hypotheses.org/125.

Du roi Arthur à Ogier le Danois : Meaux dans l’imaginaire médiéval

Souvent l’apanage des spécialistes de littérature médiévale, les romans de la fin du Moyen Âge peuvent donner à l’historien la matière pour comprendre l’imaginaire des sociétés qu’il étudie et les usages qui ont pu en être faits. En partant d’un lieu, ici Meaux, pour explorer la géographie littéraire, on peut envisager des productions, des projections, des circulations et parfois même des appropriations qu’on pourrait, par anachronisme, qualifier de touristiques. La logique est en réalité celle de la promotion : promouvoir une ville, une dynastie, une communauté monastique passe, dans les derniers siècles du Moyen Âge, par la composition de récits dans lesquels on entend rattacher un lieu à un légendaire qui n’est plus qu’hagiographique.

« Escrit est en l’estoire à Saint-Faron à Miaux »

Meaux n’est a priori pas considérée comme un lieu réputé de production littéraire. Pourtant, sa position géographique entre la cour de Champagne à la fin du XIIe siècle, où brille alors Chrétien de Troyes, et la scène parisienne, facilite les contacts et les circulations. Le trouvère Gace Bruslé, actif à la fin du XIIe et au début du XIIIe siècle entre la Champagne, la Bretagne et Paris, était ainsi originaire de la région de Meaux. Son statut de siège épiscopal et sa concentration d’établissements religieux participent en tout cas à une petite réputation de lieu de savoir. Ainsi, dans la Chanson des Saisnes, racontant la guerre entre Charlemagne et les Saxons, Jean Bodel, auteur artésien de la fin du XIIe siècle, affirme par deux fois qu’il a trouvé l’histoire dans un manuscrit de l’abbaye Saint-Faron de Meaux (vers 84 et 5330). Si l’anecdote (sans doute fausse) ne lui sert qu’à prouver la véracité (relative) de son propos, la mention de l’abbaye Saint-Faron renvoie bien à la réputation de sa bibliothèque qui perdure jusqu’à l’époque moderne. Nous verrons, par ailleurs, que les moines de Saint-Faron ont su, de leur côté, appuyer leur promotion sur des textes pourtant très profanes.

Dans le même texte mentionnant Saint-Faron de Meaux, Jean Bodel divise la littérature de son époque entre trois matières, trois thématiques ou cycles : la matière de Bretagne réunissant le cycle arthurien, celle de France se concentrant sur les aventures imaginaires de Charlemagne et de ses preux, et enfin la matière de Rome portant sur l’Antiquité et la mythologie. Ces trois groupes forment trois horizons imaginaires dont se saisissent des auteurs de toute origine. Ainsi Chrétien de Troyes reprend, avec le succès qu’on lui connaît, le cycle du roi Arthur et des chevaliers de la Table ronde, mais s’intéresse aussi à la matière de Rome, qu’il mêle à la première dans Cligès. La ville de Meaux apparait dans la matière de France, avec la figure d’Ogier le Danois, mais aussi de façon inattendue dans la matière de Bretagne, avec le cycle anonyme du Lancelot-Graal en prose (début XIIIe siècle).

Evalac et Arthur : deux rois légendaires à Meaux

Le Lancelot en prose est composé de cinq parties dont on ignore le ou les auteurs : l’Estoire del saint Graal, christianisant la quête des chevaliers de la Table ronde en la liant à Joseph d’Arimathie ; l’Estoire de Merlin contant les débuts de Merlin et du roi Arthur ; Lancelot, centré sur le mythique chevalier ; la Queste del Saint Graal rapportant les aventures des chevaliers de la table ronde et l’accomplissement de la quête par Galaad ; et enfin La mort le roi Artu qui vient clore le cycle avec les derniers combats et la mort d’Arthur. Alors qu’au XIIe siècle, Chrétien de Troyes laissait la matière de Bretagne dans un univers lointain et imaginaire, le Lancelot-Graal mélange des géographies légendaires à des références réelles et proches. Alors que le texte donne une place inédite à Camelot, Meaux apparaît à deux passages du roman, une première fois dans l’Estoire del Saint Graal et une autre dans la Mort le roi Artu, ce qui a fait supposer qu’un des auteurs du cycle aurait pu être originaire de la ville briarde. Et ce, d’autant plus, que la présence de Meaux n’est pas qu’anecdotique.

Evalac/Mordrain et Perceval, BnF, ms. fr. 123, f. 205v (fin XIIIe s.)

Dans l’Estoire del Saint Graal, Meaux est en effet la ville de naissance d’Evalac, roi de Sarras, parfois confondu avec le roi Pêcheur gardien du Graal. Dans le texte qui nous intéresse, il accueille Joseph d’Arimathie (qui transporte le Graal avec lui) et son fils Joséphé. Evalac serait le fils d’un cordonnier de Meaux (qualifiée d’ancienne cité), détail troublant quand on sait que le quartier artisan de la ville est alors construit autour de la rue de la… Cordonnerie ! Alors qu’il était enfant, l’empereur Auguste réclame cent garçons de cinq ans et cent filles de chevaliers. Le comte de Meaux, Sévin, l’envoie à Rome avec ses deux filles. Par la suite, il est emmené en Syrie où après diverses aventures il devient roi de la ville de Sarras. Cette histoire, complètement imaginaire et parfois assez incohérente, fait cependant écho à une problématique bien réelle puisque, quelques années avant la rédaction du texte, le roi de Jérusalem était issu de la dynastie champenoise. Faire d’Evalac, roi d’une ville située en Terre Sainte, un Champenois, avait une signification politique assez claire pour les contemporains. Or Evalac n’est pas un personnage secondaire. Devenu Mordrain après sa conversion par Joseph d’Arimathie, il l’accompagne, ainsi que Joséphé, dans le périple du Graal vers la Grande-Bretagne. Là, après une bataille, il ne résiste pas à la tentation d’admirer le vase sacré et se retrouve condamné à ne guérir de ses blessures que par l’entremise d’un chevalier au cœur pur. Quatre siècles plus tard, Perceval ne parviendra pas à le soulager mais il finira par mourir en paix grâce à Galaad.

Meaux réapparait à un moment-clé de La Mort le roi Artu. Devant régler la rivalité entre Lancelot et Gauvain, le roi Arthur débarque en France avec une armée. Après divers combats, Gauvain est gravement blessé et Arthur et ses hommes se réfugient dans Meaux en attendant sa guérison. C’est là qu’on lui annonce l’arrivée des troupes romaines menaçant son royaume. Arthur, Gauvain et leurs hommes s’élancent alors de Meaux à la rencontre des Romains contre qui ils livrent une bataille victorieuse aux limites de la Champagne et de la Bourgogne, pendant laquelle le roi Arthur tue l’empereur romain. Malgré une large diffusion de ce cycle, dont on possède encore environ 150 manuscrits, signe de son succès, il ne semble pas qu’il ait eu une influence locale durable. Il faut dire que cette œuvre est en concurrence avec une autre épopée qui jouit d’un ancrage et d’une promotion plus forte : celle d’Ogier le Danois.  

Les reliques d’une épopée : le tombeau d’Ogier le Danois à Saint-Faron de Meaux

Si les chansons de geste sont associées à la culture chevaleresque, les religieux ne restent pas à l’écart de cette mode. Ainsi, l’abbaye Saint-Faron de Meaux s’attache pendant plusieurs siècles à promouvoir la figure d’Ogier le Danois.

Ogier le Danois ou de Danemark est un personnage du cycle de Charlemagne contre qui il se révolte après l’assassinat de son fils (au cours d’une partie échecs !) par le fils de l’empereur. Une première version de l’histoire est rédigée au début du XIIIe siècle, suivie d’autres aux XIVe et XVe siècles. Toutefois des récits (oraux ou perdus) circulent bien avant, notamment au XIe siècle dans la région de Meaux. C’est vraisemblablement au sein de l’abbaye Saint-Faron qu’est rédigé, dans la première moitié de ce siècle, un court texte intitulé la Conversion d’Ogier.

Tête dite d’Ogier le Danois, vers 1140, conservée au Musée Bossuet de Meaux

S’il s’inscrit dans un imaginaire d’épopée, ce récit rend surtout hommage aux moines de l’abbaye. Après ses exploits, Ogier décide de se retirer dans un monastère avec son écuyer Benoît. Ensemble, ils en visitent plusieurs, mais aucun n’a grâce à leurs yeux. Un jour, ils arrivent à Saint-Faron au moment d’un office. Pour tester les moines, Ogier lance un bâton avec des grelots au milieu de l’assemblée. Personne ne bouge, sauf un novice immédiatement réprimandé par l’abbé. Impressionnés par tant de vertu, Ogier et Benoît décident de rester et intègrent la communauté monastique dans laquelle ils finissent leur vie. 

À la fin du XIe siècle, Foulcoie de Beauvais, archidiacre de Meaux et auteur de vies de saints et d’épitaphes en vers, compose un poème en l’honneur d’Ogier et de Benoît, rappelant qu’on peut se recueillir devant leur tombeau dans l’abbaye. Peu après, la comtesse de Champagne se fait inhumer à Saint-Faron, soulignant les liens étroits entre le monastère et la turbulente dynastie, toujours prompte à entrer en rébellion contre le roi de France. On peut se demander s’il n’a pas existé un parallèle entre l’Ogier du cycle de Charlemagne et ces comtes assez remuants… Toujours est-il que comtesse ou pas, c’est bien le tombeau d’Ogier qui va participer à la réputation à l’abbaye. Au début du XIIIe siècle, Alexandre Neckam, auteur de l’encyclopédie De naturis rerum, y fait allusion en quelques vers, avant que l’auteur anonyme de la première rédaction de l’histoire du héros (vers 1220), la Chevalerie Ogier, ne l’évoque en ces termes :

“Après sa fin fu à Mialx enterrés
Les lui Beneoit de cui fu tant amés”. 

Tombeau d’Ogier le Danois à Saint-Faron de Meaux, gravure du XVIIe siècle publiée par Mabillon

Si la version de 1310 reprend la même information, celle du milieu du XIVe siècle se fait plus précise : non seulement “Qui va a Saint Faron, la tombe Ogier y voit” et “Delaiz la tombe Ogier est la tombe Benoit” mais aussi “Courtain”, l’épée d’Ogier avec laquelle il frappait “les felons paiens”. Au XVe siècle, les versions en prose se multiplient et connaissent avec l’imprimerie un succès grandissant. Et elles n’oublient jamais de renvoyer à l’abbaye Saint-Faron ! Il faut dire que les moines meldois ne ménagent pas leurs efforts pour répondre à la curiosité de leurs visiteurs. On assiste même à une véritable surenchère touristique puisque, quand Montaigne visite le monastère en 1580, on lui montre bien évidemment le tombeau, mais aussi son épée, ses ossements et même… sa maison ! La promotion des liens entre l’abbaye et Ogier le Danois atteint ici son paroxysme.

Cette surenchère débute au XIIIe siècle avec la mise en place d’un tombeau monumental à l’aide de réemplois de divers éléments. Aujourd’hui disparu, ce tombeau monumental nous est connu grâce à une représentation publiée par Mabillon à la fin du XVIIe siècle. Le célèbre érudit est d’ailleurs persuadé de l’authenticité du tombeau et livre une interprétation détaillée des sculptures en lien avec l’histoire d’Ogier. Deux études, par Jean-Pierre Laporte puis Judith Forstel, ont permis de comprendre l’histoire de cette recomposition. Détruit vers 1750 au moment de la rénovation de l’église abbatiale, il ne nous reste de ce monument que ce dessin et… la tête d’Ogier ! Cette tête, retrouvée en 1877 dans les fondations d’un mur près de la Marne, rapidement identifiée comme appartenant au gisant reproduit par Mabillon, est aujourd’hui conservée au Musée Bossuet.

L’analyse stylistique a permis de comprendre plusieurs étapes. Il s’agit d’un assemblage tardif de plusieurs éléments. Les “gisants”, datés des années 1140, seraient en fait des statues-colonnes réutilisées. On y aurait ajouté le portail roman au moment de la reconstruction de l’église gothique au début du XIIIe siècle et placer alors ce “tombeau” dans le bras nord du transept. Les aménagements se sont poursuivis jusqu’à l’époque moderne avec l’ajout, au XVIe siècle, d’inscriptions identifiant les personnages et même, au XVIIe siècle, des vers de Foulcoie de Beauvais composés à la fin du XIe siècle. 

Pendant des siècles, l’abbaye Saint-Faron de Meaux a donc nourri ses liens avec la légende par des installations progressivement affinées, répondant un peu plus chaque fois à la curiosité de ses prestigieux visiteurs. Des premiers aménagements opportunistes, puisque résultant du réemploi d’éléments architecturaux abandonnés au moment de la reconstruction gothique de l’abbaye, on a brodé décennie après décennie de nouveaux éléments et des interprétations collant parfaitement avec la légende, des éléments repris au fur et à mesure dans les différentes versions de l’histoire d’Ogier.

Si Meaux apparait dans d’autres textes littéraires de la fin du Moyen Âge, le cycle du Lancelot-Graal et les aventures d’Ogier le Danois sont les deux œuvres qui la mettent le plus en scène. Le parallèle entre les deux ne s’arrête pas là. La première rédaction de la Chevalerie Ogier et du Lancelot-Graal sont contemporaines, puisque quelques années seulement pourraient les séparer. Si les deux auteurs ne se répondent pas, leur travail témoigne d’une volonté de promotion de la ville à travers la production d’un imaginaire. Peut-être pourrait-on lier cette émulation au chantier en cours de la première phase de construction de la cathédrale gothique de Meaux ? Ceci expliquerait que l’auteur du Lancelot-Graal ait placé la « maistre eglyse » de Camelot sous l’invocation de Saint-Etienne, à l’instar de celle de Meaux. L’explication pourrait aussi convenir pour l’abbaye Saint-Faron, puisqu’on a vu que les moines avaient profité du chantier du XIIIe siècle pour aménager un tombeau monumental. A ce jeu, ce sont d’ailleurs les bénédictins de Saint-Faron qui en profitent le plus : en s’appuyant sur une légende déjà ancrée depuis au moins le XIe siècle, ils ont su construire un légendaire profane au cœur de leur église, dont le succès perdure jusqu’à l’époque moderne. Au contraire, l’innovation du Lancelot-Graal, sortant l’action du roi Arthur de l’horizon lointain caractéristique de la matière de Bretagne, était sans doute trop artificielle pour rencontrer un succès durable.

Bibliographie

Forstel (J.), « Entre profane et sacré : le monument « d’Ogier le Danois » à Saint-Faron de Meaux », in Langages et communication : écrits, images, sons [en ligne]. Paris : Éditions du CTHS, 2017.

Lot (F.), Étude sur le Lancelot en prose, Paris, Honoré Champion, 1918.

Laporte (J.-P.), « Le pseudo-mausolée d’Ogier à Saint-Faron de Meaux », Bulletin de la société nationale des antiquaires de France, 1992, p. 217-232.

Le Livre du Graal, éd. sous la direction de Ph. Walter, Paris, Gallimard (« La Pléiade »), 2001-2009, 3 vol.

Menzel (F.) et Stengel (E.), éd., Jean Bodels Saxenlied, Marburg, Elwet, 1906-1909, 2 vol.

Wilmart (M.), Meaux au Moyen Âge. Une ville et ses hommes du XIIe au XVe siècle, Montceaux-lès-Meaux, Editions Fiacre, 2013.

Pour une bibliographie plus complète sur le Lancelot-Graal, voir ici.

Pour citer cet article: Mickaël Wilmart, "Du roi Arthur à Ogier le Danois : Meaux dans l’imaginaire médiéval," in Novalis, 25/06/2021, https://novalis.hypotheses.org/102.

Le menu du voyageur au XVe siècle. À propos de deux documents (Brie, Comté de Foix)

Les archives judiciaires, et spécialement des juridictions locales, sont une source d’informations de première importance pour illustrer le quotidien des hommes et des femmes du Moyen Âge. Elles sont malheureusement assez inégalement conservées selon les régions et ne subsistent le plus souvent qu’à l’état d’épaves. Pour l’historien, cela pose divers problèmes méthodologiques et notamment pour la montée en généralité. Une décision ou un règlement correspondent-ils toujours à une pratique courante, ouvrant la voie à des interrogations sociologiques ou anthropologiques, ou peuvent-ils n’être qu’un hapax, trace d’une éphémère décision locale relevant peut-être de l’expérimentation ? Travailler sur plusieurs espaces géographiques permet parfois de lever le doute autour de ces questions. Si on trouve rarement le même document rédigé à la même date (ou presque), deux textes isolés qui se recoupent, même à plusieurs décennies d’intervalle, permettent déjà de conclure qu’un sujet suscite alors suffisamment d’intérêt pour y voir un objet à réglementer ou à gouverner. Reste alors à l’historien à enrichir encore son corpus sur la question, si cela s’avère possible.

Pour être tout à fait franc, le rapprochement de deux textes est parfois le fruit du hasard, un fruit patiemment récolté au fil des lectures. Quand on travaille sur la culture matérielle médiévale, on avance lentement, par étapes, chaque information glanée agissant comme un coup de pinceau donné au tableau reconstituant l’ordinaire de la fin du Moyen Âge. En m’intéressant à l’alimentation quotidienne, j’ai ainsi croisé deux documents éclairant l’attention portée aux repas des voyageurs, des sortes de chartes touristiques avant l’heure si vous me permettez cet anachronisme volontairement provocateur.

Selon le principe de l’atelier, je vous propose ces deux documents dans l’ordre de leur découverte.

Donnemarie-Dontilly, 1495

Les confins de l’Île-de-France et de la Champagne (en gros la Brie) sur lesquels j’ai commencé mes recherches en histoire médiévale se caractérisent par d’importantes lacunes documentaires pour toute la période et les archives judiciaires n’échappent pas à la règle. Cependant, cela n’a pas toujours été forcément le cas : de précieux registres ont abondamment circulé au cours des décennies qui ont suivi la Révolution, soit en servant de reliure pour des volumes administratifs plus récents, soit en passant entre les mains d’érudits locaux dont les collections ne sont pas toujours retournées vers les archives publiques. Complètement perdus dans le premier cas, à l’instar de nombreuses comptabilités, ils ne le sont que partiellement quand des historiens locaux en ont extrait quelques données. Même si les règles d’édition sont parfois bien éloignées des nôtres, on ne peut négliger ces publications dont la portée ne dépasse à première vue pas l’intérêt local. Ainsi, en lisant l’imposante (980 pages !) Histoire de la province du Montois, microrégion comprise entre Provins, Nangis et Bray-sur-Seine, publiée par François-Antoine Delettre entre 1849 et 1850, on est ravi de tomber sur un véritable petit trésor. En effet, l’auteur avait sous la main un registre du greffe de la seigneurie de Donnemarie-Dontilly (Seine-et-Marne) dont il n’indique évidemment pas la référence (et dont je n’ai trouvé trace nulle part jusqu’ici). Il en tire le texte d’un règlement de 1495 fixant le menu-type des hôtelleries du lieu, qu’il dit être repris d’un règlement du bailliage de Provins dont les archives ne nous sont également pas parvenues.

Soucieuses d’éviter toute tromperie ou tout conflit avec les voyageurs de passage, les autorités judiciaires édictent un menu-type, avec une variante pour le carême, et en fixe le prix. Tous les hôteliers et aubergistes de la région se doivent d’appliquer ce règlement qui réduit la concurrence entre les établissements et qui assure au voyageur une qualité d’accueil identique. Le texte commence par énumérer les plats servis en temps de carême, puis en temps « de charnage ». Remarquons que le prix n’est pas le même : manger en tant de carême coûte visiblement moins cher.

État du traitement que tiendront les hostelliers envers ung homme seul ou à compagnie pour son diner et souper.

Item en maigre à la disnée pour homme seul.

– Un potaige de pois ou autre,

– Ung fagot, un pain,

– Unge pinte du meilleur vin,

– Ung harengs blanc ou sors,

– Le tiers d’une carpe ou trousson de brochet

– Fromage ou raisins à la déserte.

Pour la nappe, serviettes et autres frais, il paiera pour le tout 3 sols.

En temps de charnage baillera pour homme seul pour diner

– Ung bon potaige, demie livre de bœuf bouilli,

– Unge livre de mouton ou veau rôti, ou porc frais ou salé,

– Ung plat de dessert qui sera de pommes ou poire,

– Deux onces de fromage, ung pain

– Unge pinte de vin, ung fagot

Pour sa dinée paiera 4 sols 10 deniers

Et s’il veut des viandes lardées paiera le lard.

F.-A. Delettre, Histoire de la province du Montois…, p. 195

S’ajoute à cela l’ordonnance du souper pour six : « chacun sa livre de pain, sa pinte de bon vin, 14 livres de viande, unge salade et du dessert. »

(Si un lecteur rencontrait dans ses promenades archivistiques le document original, je serais ravi d’en savoir le lieu de conservation et la côte.)

Ce règlement est très précis et offre des détails intéressants sur le menu-type des hôtelleries, ainsi que sur l’adaptation des repas au carême. On notera également la volonté de ne pas flouer le voyageur, de ne pas le surprendre par un prix excessif lors d’une halte. Ce faisant, on limite la concurrence entre les établissements et la spéculation sur les repas. C’est bien l’obsession du juste prix qui est derrière ce type de règlementation, une tendance qu’on retrouve déjà 70 ans auparavant dans le piémont pyrénéen.

Règlement des consuls de La Bastide-Sérou pour les auberges et hôtelleries
(Arch. dép. de l’Ariège : E 2, f. 32-32v)

La Bastide-de-Sérou, 1425

Malgré son intérêt, j’avais un peu oublié ce texte de Donnemarie jusqu’à ce que la lecture d’ordonnances prises dans le comté de Foix au XVe siècle me le rappelle à mon bon souvenir. Le texte a lui aussi été édité par un érudit local, Henri Courtault, à la fin du XIXe siècle, sans préciser la côte du document ni sa pagination. Heureusement, la description qu’il en donne permet une identification facile : il s’agit du registre E 2 du chartrier des comtes de Foix, conservé aux Archives départementales de l’Ariège. Connu comme étant un recueil des Ordonnances des comtes de Foix pour la réformation de leur domaine, il s’agit en fait d’un recueil à plusieurs mains du XVe siècle, dont la principale est celle de Vidal Sans, notaire de la Bastide-de-Sérou (Ariège), qui a effectivement participé à la réformation du comté de Foix, mais qui a compilé dans ce registre – en plus des ordonnances comtales -, des documents le concernant ou touchant sa localité. C’est ainsi que nous est parvenu le texte d’application d’une ordonnance du sénéchal du comté de Foix règlementant les tarifs d’hôtellerie en 1425. Le texte retranscrit par Vidal Sans comporte deux parties distinctes : l’ordre du sénéchal en date du 20 octobre et le règlement local proposé par les consuls de la Bastide-de-Sérou le 16 novembre. Cette dichotomie rappelle celle déjà évoquée dans l’exemple briard puisque le texte de Donnemarie n’est en fait qu’une réponse ou une reprise d’une décision du baillage de Provins. Si le texte de Provins est perdu, la copie de celui du sénéchal permet de comprendre les raisons du règlement. L’officier comtal insiste sur la rhétorique du juste prix. Il commence par dénoncer des hôteliers et aubergistes vendant à prix d’or la nourriture (« vendan a gran exces et carestia las vitalhas »), détournant les voituriers et muletiers du comté. Au nom du « profieyt public », il demande donc aux consuls des localités du comté d’empêcher cette spéculation (« provesir que cascun no fassa carestia a son voler de las victualhias necesserias ») en règlementant les prix au regard de la valeur commune du blé, du vin, de la viande, du foin et de l’avoine. Si le propos est général, l’application doit se faire selon des données économiques locales. D’où la deuxième partie du texte émanant des consuls. Leur règlement est moins précis que celui de Donnemarie-Dontilly et impose des tarifs selon plusieurs formules dont les termes renvoient à des prestations génériques : dîner ou souper, gîte, pain, vin. Remarquons que, comme à Donnemarie on faisait payer un frais de nappe, on réclame ici le paiement de la table (ce qui se fait encore dans certains pays). Ajoutons enfin qu’il n’y a, à la Bastide-de-Sérou, pas de différenciation entre les repas en temps de Carême et les repas réguliers (alors qu’on a vu qu’il pouvait exister une différence de prix). Le couchage est facturé à ceux qui ne conduisent pas de bêtes, mais ceux qui sont avec des animaux de bats ne paient rien, sans doute parce qu’ils dorment sur la paille avec leurs animaux (?). Le tarif prévoit dans ce cas, le prix du quarteron de foin (fe) et des petits et grands boisseaux d’avoine (civada) pour la nourriture des bêtes. Les consuls terminent en rappelant l’obligation de vendre au bon poids (dreyt pes), c’est-à-dire en respectant la mesure locale. Je vous donne ici la partie de l’acte des consuls donnant les détails des tarifs fixés que je viens de résumer :

Prumerament, dinnada, dome, pa, vi, companatge et taula : X d. bars., entro que de pancosseria[1] sia autrement ordenat.

Item, sopada, dome, pa, vi et companatge et taula : X d. bars.

Et si no mena bestia, otra aquo per lieyt : II d.

Et si mena bestia, no page re per lieyt.

Item, mieg quartero de fe : VIII d. bars.

Item, le boixet petit : IIII d.

Item, lo grant boixet de civada : VIII d.

Et que negun hostaler no venda fe, sino al dreyt pes, et que no vendan a mes et a mens segon qu’en voldran.

H. Courtault, “Ordonnances…”, p. 101-102

« Au bon poids », « au bon prix » selon la « valeur commune », on le voit, l’intention des autorités ariégeoises était de ne pas spolier le voyageur, qu’il soit de passage ou transportant des marchandises. C’est une mesure visant à rendre confiance dans les routes du comté. Malgré tout, le contenu du repas n’est pas détaillé. Il n’y a pas de définition précise à des termes génériques qui renvoient seulement à ce qu’on peut attendre d’une auberge ou d’une hôtellerie en matière d’accueil. Si le règlement de Donnemarie-Dontilly est plus précis 70 ans plus tard, c’est peut-être parce qu’à un moment, on a estimé que le terme générique ne garantissait plus un niveau de qualité ou de quantité du gîte et du couvert. Une enquête à poursuivre autour de la confiance entre prestataires et clients à la fin du Moyen Äge…

Bibliographie

Delettre (François-Antoine), Histoire de la province du Montois , comprise dans les cantons de Bray, Donnemarie, Provins et Nangis, arrondissement de Provins, t. 1, Dammarie-les-Lys, 1983 (éd. or. 1849), document édité p. 195.

Courtault (Henri), « Ordonnances et règlements relatifs à l’administration du comté de Foix au quinzième siècle », Bulletin de la Société ariégeoise de sciences, lettres et arts, VI, 1897-1898, p. 88-114 (doc. V, p. 100-102).

Wilmart (Mickaël), « « La culture matérielle dans les sources judiciaires de la fin du Moyen Âge (de la Brie au comté de Foix) », in La culture matérielle : un objet en question. Anthropologie, archéologie et histoire, Actes du Colloque international organisé à Caen, 9-10 octobre 2015, dir. Luc Bourgeois et alii,Caen, Presses Universitaires de Caen, 2018, p. 215-224.

Wilmart (Mickaël), « L’alimentation ordinaire en Brie à la fin du Moyen Âge. Différenciation sociale et stratégies d’approvisionnement », in L’alimentation en Brie des origines à nos jours. Actes du colloque de Meaux, 5 avril 2014, éd. Damien Blanchard et Pierre Charon, Meaux, 2015 (Cahier Colloques de Meaux 6), p. 79-106.


[1] Je corrige ici H. Courteault qui avait lu « paucosseria ».

Pour citer cet article: Mickaël Wilmart, "Le menu du voyageur au XVe siècle. À propos de deux documents (Brie, Comté de Foix)," in Novalis, 03/05/2021, https://novalis.hypotheses.org/92.

Aux sources de la politique sanitaire : retour sur l’invention de la quarantaine (Dubrovnik, 1377)

Chapiteau du palais du recteur de Dubrovnik représentant Esculape dans une officine d’apothicaire (XVe s.)

Depuis le début de la pandémie de Covid-19, les historiens ont beaucoup été sollicités pour répondre à un besoin de comparaison aux situations du passé, des comparaisons pas toujours pertinentes d’un point de vue historiographique tant les conditions peuvent être différentes, mais qui participent à tenter de donner un sens à ce que nous vivons. Parmi les points de repères distillés par les historiens figurent bien sûr la Peste noire de 1348, mais aussi l’invention de la quarantaine par la République de Raguse (aujourd’hui Dubrovnik) en 1377. Si un consensus historiographique s’est construit autour de cette date dans les années 80, elle ne doit cependant pas être fétichisée. À l’heure où l’histoire se pense à une échelle globale, il est difficile d’affirmer de façon définitive qui a pu en premier mettre en place tel ou tel protocole, surtout pour une période où la découverte d’un document oublié peut remettre en cause une chronologie. Or, dans cette histoire de la quarantaine ragusaine, ce qui est le plus intéressant n’est pas son antériorité mais le processus politique qui a conduit à cette décision, un processus complexe fait d’hésitations et de tensions pour une décision qui n’avait rien d’évident. Il y a d’ailleurs lieu de ne pas tracer de parallèles hâtifs entre notre époque troublée et cette fin du XIVe siècle pourtant tout aussi troublée. Évidemment, on pourra trouver dans les deux cas des illustrations parfaites de la difficulté des instances de gouvernement à définir les mesures adéquates face à un danger potentiel, mais n’est-ce pas le lot commun de la plupart des décisions politiques ? En fait, notre expérience de la pandémie doit surtout nous pousser à relire les sources historiques pour en tirer un récit du processus décisionnaire qui va au-delà d’une question de date ou de bilan. En d’autres termes, nos difficultés d’adaptation face à une situation sanitaire presque incontrôlable nous aident désormais à poser un regard moins moderno-centré sur les hésitations de nos prédécesseurs.

La décision de 1377 nous est connue grâce au Livre vert dans lequel sont inscrits les ajouts aux statuts qui régissent la vie de Dubrovnik/Raguse depuis 1272. Le 27 juillet 1377, le Grand Conseil de la ville débat de nouvelles mesures à prendre contre le risque d’épidémie. Sur les 47 conseillers présents, 34 se prononcent pour l’obligation d’un isolement préventif de 30 jours pour tous les voyageurs provenant de lieux infestés. Deux endroits sont désignés pour accueillir cette quarantaine qui n’a pas encore de nom (ni la même durée) : l’île de Mrkan pour ceux arrivant par mer et la localité de Cavtat pour ceux arrivant par voie terrestre. Cette bilocalisation de l’isolement tient compte de la situation géographique de Dubrovnik qui bénéficie aussi bien du commerce maritime sur l’Adriatique que du commerce avec l’intérieur des terres. Si cette modalité semble avoir fait débat, puisque 13 conseillers ont voté contre, l’interdiction faite aux Ragusains de se rendre dans les lieux d’isolement ou d’entrer en contact avec des isolés sous peine de subir le même sort semble avoir rencontré un consensus plus net (44 voix pour). Une fois la première et difficile décision prise, il convenait sans doute d’en assurer l’efficacité. La fixation de l’amende de 50 perperis pour ceux qui ne respecteraient pas ce règlement n’a par contre obtenu que 29 suffrages, sans que l’on sache si le désaccord portait sur le principe de l’amende ou sur son montant.

On le voit, les mesures de 1377 ne sont pas le fruit d’une décision autoritaire ni même d’un large consensus puisqu’un tiers du conseil n’y était pas favorable. Trente ans auparavant, une discussion similaire n’avait pas abouti au même résultat. L’épisode de Peste noire a gagné de façon précoce la Dalmatie. Dès décembre 1347, des villes comme Split ou Zadar sont touchées. L’épidémie se rapproche dangereusement de Dubrovnik quand elle atteint l’île de Šipan. Le 19 janvier 1348, le Grand Conseil doit statuer sur une proposition d’interdire l’accès de la ville aux habitants de Šipan. Celle-ci est rejetée par 55 voix contre 30. Peu de temps après, la peste fait son entrée dans Raguse et décime une grande partie de la population. On se gardera bien d’en imputer la responsabilité au Grand Conseil : d’une part, il est probable que la peste était déjà dans la ville au moment du vote ; d’autre part, les conceptions médicales qui avaient cours en 1348 n’incitaient pas à un basculement sanitaire. De fait, le vote de 1348 semblait logique comme l’était l’opposition à la décision de 1377, l’approbation d’une période d’isolement à cette date constituant une rupture déjà en germe dans l’expérience accumulée de la gestion épidémique. Cependant, la proposition même, faite devant le conseil, de janvier 1348 montre que le consensus n’existait pas. Comme l’a montré l’historien de la pensée médicale Mirko Grmek, il existe dès l’Antiquité une tension entre différentes conceptions de la circulation des maladies. L’école hippocratique met certes l’accent sur la théorie miasmatique désignant l’air corrompu comme responsable de la circulation des infections. Toutefois, des auteurs non médicaux comme Thucydide, Platon et plus tard Basile de Césarée évoquent l’idée d’une contagion entre individus. La formation universitaire des médecins médiévaux est basée sur la première et c’est donc elle qui prédomine les avis « scientifiquement » éclairés. Lorsque le roi de France Philippe VI demande en 1348 l’avis des médecins de l’université de Paris sur la peste, ce dernier est empreint de ce biais d’explication (mêlé à des éléments astrologiques). Le prestige de ses auteurs favorise d’ailleurs sa circulation : on en retrouve ainsi une copie du milieu du XIVe siècle dans la bibliothèque du chapitre cathédral de Zagreb. De fait, le vote de 1348 semble logique, d’autant qu’il est probable qu’il ait été éclairé par le corps médical. La République de Raguse porte en effet une attention particulière à la question médicale et salarie un médecin municipal et deux chirurgiens chargés de soigner gratuitement les habitants. Leur recrutement se fait essentiellement à l’étranger (surtout en Italie mais aussi en France). À l’occasion, le conseil de la ville les mobilise dans sa diplomatie, comme lors des envois du physicus municipal auprès du roi de Serbie Etienne III. Qu’on ait demandé son avis au médecin de Dubrovnik paraît tout à fait cohérent et que celui-ci ait penché pour une explication miasmatique l’est tout autant.

Comme pour de nombreuses villes d’Europe, la peste de 1348 n’est que le début d’une longue série pour Dubrovnik. L’épidémie fait régulièrement une réapparition dans la cité dalmate :  des vagues plus ou moins violentes se succèdent en 1357, 1363, 1371 et 1374. Le rôle de place commerciale sur lequel Raguse construit son développement économique y est évidemment pour beaucoup. Au moins deux vagues sont identifiées comme provenant de bateaux passés par Alexandrie. Le Grand Conseil n’est pas inactif. L’expérience européenne de 1348 a ouvert la voie à de nouvelles mesures. Pendant la Grande Peste, plusieurs villes italiennes, comme Venise ou Lucques, se sont résolues à fermer l’accès de leurs murs en recourant à une mobilisation militaire. De telles mesures sont prises également par Dubrovnik. Ainsi, en 1363, les autorités interdisent aux habitants des Pouilles et de la Marche de se rendre dans leur cité et exigent que les Ragusains ne se déplacent pas vers ces régions infestées. Les mesures votées en 1377 s’inscrivent dans cette nouvelle logique de politique sanitaire : freiner la propagation en empêchant la circulation des individus. Ce mode de gestion de l’épidémie présuppose l’identification des zones touchées par la peste et la circulation efficace d’informations à ce sujet. On sait que dès 1348, les municipalités de toute l’Europe sont en quête d’un suivi de la circulation de la peste pour rester en alerte sans pour autant avoir les moyens de maîtriser l’épidémie.

La nouveauté du règlement de 1377 n’est donc pas de restreindre la circulation des individus potentiellement malades, mais de les faire attendre dans un lieu isolé avant leur entrée en ville. La mesure semble éminemment moderne, mais ne doit pas faire présupposer une compréhension anachronique des mécanismes d’incubation. Elle vise en réalité un objectif autant économique que sanitaire. Le blocage des zones touchées par la peste rend hasardeux le maintien d’un réseau commercial efficient. Au lieu d’arrêter toute la circulation des marchandises, on les fait désormais venir jusqu’à Dubrovnik où on les met seulement en attente. La mesure de mise en quarantaine peut donc être lue comme une tentative de fluidifier la circulation marchande en dépit du risque épidémique. Malgré tout, il n’est pas certain que cette réglementation soit immédiatement mise en application. Elle est cependant réactivée en 1390 au moment où Rome est touchée par une épidémie de peste. Le gouvernement ragusain met alors en place des officiers chargés de surveiller les voyageurs provenant de lieux infestés et de les placer à l’isolement. Les années 1390 voient une partie des Balkans, notamment la région à cheval entre les actuels Monténégro et Albanie, connaître différentes vagues de peste. Dubrovnik renforce alors son arsenal sanitaire, ajoutant dans un premier temps l’interdiction de l’importation de certains produits (comme par exemple les vêtements d’occasion) puis finissant par interdire tout importation en provenance de zones atteintes par la peste. Il faut toutefois relativiser l’adoption de ces mesures d’isolement. Il est fortement probable que la réglementation ragusaine ait paru à ses contemporains à la fois drastique et démesurée. Si la petite ville de Kotor adopte le système de la quarantaine après 1397, les villes italiennes attendent encore un quart de siècle, avec Venise en 1423, pour mettre en place des lieux d’isolement destinés aux voyageurs suspectés de transporter avec eux le terrible fléau. Ce décalage chronologique, alors même que l’information circulait, montre toutes les difficultés à admettre médicalement et diplomatiquement l’intérêt du protocole. Même si, avec notre recul et nos connaissances scientifiques, nous avons l’impression que la décision de la République de Raguse constituait une avancée sanitaire, elle n’a certainement pas été vécue comme telle par les Européens de l’époque.

Comme dans d’autres villes, il y a eu entre les XIIIe et XVe siècles un intérêt particulier à Dubrovnik pour les questions médicales, comme en témoignent le recrutement de médecins et chirurgiens municipaux et les mesures sanitaires envisagées. Ce n’est pas pour rien que dans la seconde moitié du XVe siècle, le programme iconographique du palais du recteur dirigeant la cité dalmate a intégré un chapiteau représentant Esculape, dieu grec de la médecine. Mais l’histoire de la quarantaine ragusaine doit nous rappeler que l’histoire des sciences n’est pas linéaire, que chaque innovation doit être inscrite dans un contexte local, mental, économique et politique. Et qu’une innovation qui nous parait aujourd’hui évidente peut mettre plusieurs décennies à être adoptée. Dès lors, l’essentiel pour l’historien n’est pas l’efficacité de telle ou telle mesure, forcément lue avec un regard anachronique, mais bien de comprendre le processus de décision politique qui est à l’œuvre derrière.

Bibliographie

Mirko D. Grmek, « Le concept d´infection dans l´Antiquité et au Moyen Âge, les anciennes mesures sociales contre les maladies contagieuses et la fondation de la première quarantaine á Dubrovnik (1377) », Rad jugoslavenske akademije znanosti i umjetnosti, 384, 1980, p. 9-54.

Zlata Blazina Tomic et Vesna Blazina, Expelling the Plague: The Health Office and the Implementation of Quarantine in Dubrovnik 1377-1533, Montréal-Ithaca, McGill-Queen’s University Press, 2015

Béatrice Delaurenti et Thomas Le Roux (dir.), De la contagion, Paris, Vendémiaire, 2020.

Pour citer cet article: Mickaël Wilmart, "Aux sources de la politique sanitaire : retour sur l’invention de la quarantaine (Dubrovnik, 1377)," in Novalis, 07/04/2021, https://novalis.hypotheses.org/84.

Tradition, adaptation et invention : les statuts de Shkodër (Albanie) aux XIVe et XVe siècles

La forteresse de Shkodër, ancienne ville haute, dominant le lac

Ma réflexion part d’un constat qu’avait déjà fait Gherardo Ortalli sur les statuts médiévaux des villes italiennes : à partir du XIIIe siècle, l’Europe médiévale produit des textes institutionnels et juridiques (pour ne pas dire coutumiers) qui sont appelés à durer malgré les changements sociaux, économiques et politiques que connaissent les villes. Il n’est pas rare de croiser des textes dont la durée de vie de tradition juridique dépasse les 300 ans, voire dans des cas extrêmes les 500 ans malgré une obsolescence assez évidente de certains règlements. La référence au texte ancien devient alors toute symbolique, elle renvoie bien sûr aux origines de la constitution d’une communauté et on peut supposer qu’elle échappe à une mise en pratique réelle. La stabilité apparente des textes n’est pas le signe d’une société immobile : la tradition juridique peut être malléable et faire l’objet de stratégies d’adaptation, même marginales, qui peuvent recharger symboliquement l’héritage législatif. Cette tension entre tradition et changements politiques apparaît clairement à l’historien quand s’opère un changement de domination. L’exemple de Shkodër, au nord de l’actuelle Albanie, illustre parfaitement cette problématique au XVe siècle.

Aussi connue sous le nom de Scutari pour les Italiens ou Skadar pour les Slaves, Shkodër est l’exemple type de la périphérie de l’empire Byzantin sur lesquelles la domination impériale est toute théorique. Si la ville actuelle de Durrës, anciennement Durrazzo/Dyrachion, reste sous contrôle jusqu’au XIIIe siècle, la région de Shkodër s’inscrit pleinement dans l’ensemble des villes autonomes de l’Adriatique. Toutes ces villes ne mettent par écrit leurs coutumes et pratiques institutionnelles que tardivement, entre la fin du XIIIe (1272 pour Raguse/Dubrovnik) et le milieu du XIVe siècle. Pour Shkodër, nous ne connaissons les statuts de la ville que par une copie tardive (fin XVe siècle) d’une traduction en dialecte vénitien redécouverte il y a seulement à peine vingt ans au Musée Correr de Venise. L’analyse de ce document permet de comprendre la façon dont Venise s’est à la fois appropriée la tradition institutionnelle locale et a elle-même introduit des nouveautés sous couvert de tradition.

Arrêtons-nous un instant sur l’hypothèse la plus probable permettant de dater ces statuts. La lecture du premier chapitre écarte d’entrée une origine vénitienne puisqu’il mentionne un roi comme seigneur de la ville et s’adresse tant aux Slaves qu’aux Albanais y habitant. La promulgation des statuts a eu lieu sous la domination du royaume de Serbie, nécessairement avant 1346, date où le roi serbe prend le titre d’empereur, et plus certainement dans la première décennie du XIVe siècle quand Shkodër tombe sous son influence. Comme à Raguse, il s’agit de compiler les usages anciens, en ajoutant ici sans doute des éléments du droit coutumier slave. De fait, les statuts règlent à la fois le gouvernement urbain, mais aussi les pratiques judiciaires ou la règlementation des métiers ou de l’urbanisme en pas moins de 275 chapitres. Expérience pionnière dans cette partie des Balkans, la taille des statuts est assez exceptionnelle. Ceux des villes de Tivar, Budva ou Ulcinj sont plus réduits, toute la partie judiciaire en ayant été retirée. Cet écart s’explique par un contexte juridique en pleine mutation. En effet, le roi de Serbie Stefan Uroš Dušan prend le titre d’empereur des Serbes et des Grecs en 1346 et, dès 1349, il impose un code impérial, le code dit de Dušan, qui mélange à la fois le droit slave et le droit byzantin, mais qui surtout rend inutile les compilations locales de coutumes. Toutefois, les villes ayant déjà des statuts, comme Shkodër mais aussi Kotor, conservent leurs pratiques (qu’on retrouve en grande partie dans le code de Dušan). La tradition locale prend donc le dessus sur le changement politique. Et du changement politique, il y en a au XIVe siècle ! À la fin des années 1360, l’empire serbe se délite et se divise en principautés territoriales. Shkodër tombe sous la domination de la famille Balsha ou Balšić, qui étend son influence entre le lac de Shkodër et la côte adriatique. Cette famille ne touche pas aux statuts et finit par vendre la ville à la République de Venise en 1396 afin que celle-ci se charge de contrer l’avancée turque dans la région. Venise profite en effet de la désintégration de l’empire serbe et des incursions turques pour renforcer sa présence dans la région et former ce qu’on appellera l’Albanie vénitienne, un mélange de politique coloniale et de défense avancée devant le danger turc. Alors que la République de Gênes est connue pour reproduire son organisation dans ses colonies, Venise agit au cas par cas. Et la situation de Shkodër semble correspondre, à première vue, à un respect de la tradition institutionnelle locale. La traduction des statuts que l’on possède en un exemple criant. Même si les Vénitiens ont modifié la date d’élection du conseil en la fixant opportunément à la Saint Marc, ils n’ont pas cherché à nettoyer le texte : les références au roi (de Serbie) sont nombreuses, les peines pécuniaires sont en monnaie « de Sclavonie » et certains termes sont repris directement du slavon. Quelques exemples : le terme urasba, (slavon : vražda) pour désigner la vengeance et la compensation du sang versé (qu’on retrouve encore aujourd’hui en albanais avec le verbe tuer « vras ») ; la sudebina (serbe sudeja) pour désigner les frais à payer au juge en cas de procès ; ou encore l’usage du mot « Arbanese », du slave Arbanas pour désigner les Albanais, là où le Vénitien aurait écrit « Albanese ». On le voit, la traduction des statuts n’est pas l’occasion d’une refonte et se base donc sur une tradition locale. La pratique de la refonte des statuts communaux après un changement de domination est pourtant avérée en Dalmatie. Ainsi, en 1384, quand Raguse se sépare de Venise, une commission est créée pour retirer des statuts toutes les allusions à la Sérénissime. Au cours du XVe siècle, les Vénitiens eux-mêmes procèdent dans plusieurs villes de la région, comme Kotor ou Ulcinj, à une révision des statuts, voire à la réforme des institutions sur un modèle vénitien à plusieurs conseils. À Shkodër, il n’en est rien. Dès le début, les autorités vénitiennes accordent un regard particulier aux institutions déjà en place. Alors que les négociations pour l’achat de la ville à son seigneur, Georges Balsha ou Balšić, sont menées par une ambassade, le Sénat écrit au capitaine de Durrës, déjà sous domination vénitienne, pour qu’il enquête sur les coutumes et les statuts de Shkodër. Une fois l’accord passé, la prise de possession par les officiers vénitiens est suivie d’une réunion des anciens de la ville et d’un recensement des droits seigneuriaux, des coutumes et des « anciens » statuts. C’est sans doute dans la foulée que sont traduits les statuts qui nous sont parvenus. En effet, pendant la première décennie de domination vénitienne, un traducteur est attaché à l’administration du capitaine de la ville pour assurer une transition et une transmission des pratiques et des textes. Venise se donne donc les moyens de respecter les traditions en place. Quatre-vingt kilomètres plus au sud, lors d’une plainte du conseil de la ville de Durrës en 1423, le Sénat répond qu’il est de son honneur de respecter les statuts et coutumes anciennes.

Première page des statuts de Shkodër, conservés au Musée Correr de Venise

Derrière ce tableau idyllique se dessine une situation beaucoup plus complexe. Comme l’a montré Oliver Schmitt en étudiant l’île dalmate de Korčula, la bienveillance vénitienne vis-à-vis d’institutions urbaines, certes antérieures à leur arrivée mais pas si éloignées des pratiques connues outre-adriatiques, laisse place rapidement à un enchevêtrement de références juridiques. Le fonctionnement administratif à Korčula se modifie insensiblement au fil des changements de responsables envoyés par Venise et qui font preuve d’un certain pragmatisme. Les statuts et coutumes sont toujours une référence, surtout quand il s’agit de régler un litige entre deux autochtones. Mais en cas d’intérêts vénitiens mis à mal, c’est la loi vénitienne qui prend le dessus. De même, les anciennes coutumes sont censées n’être connues que des familles installées depuis longtemps. L’avancée turque dans la région et les déplacements de population qu’elle provoque font entrer dans les villes de nouveaux venus dont on n’exige pas de connaître ces coutumes. On se réfère alors soit à la loi vénitienne, soit à un fond de droit romain à travers le ius commune. La référence aux coutumes maintenues tend dès lors à s’amenuiser. Quant aux institutions de gouvernement de la ville, la question reste ouverte. Si Venise a réformé en profondeur celles de Kotor, cela ne semble pas le cas à Shkodêr, ni à Durrës. On conserve des mentions régulières d’adresses du conseil urbain au Sénat vénitien, mais on ne peut mesurer son véritable poids sur la ville. Il est probable que la pression militaire croissante dans la région au cours du XVe siècle pousse la gestion de la ville dans les mains de ceux qui assurent sa défense, c’est-à-dire les officiers vénitiens. Le conseil local, s’il reste en place, voit alors ses attributions diminuer.

Toutefois, le rapport à la tradition ne doit pas se lire que dans un seul sens. Si Venise laisse en place les coutumes et institutions qu’elle trouve à son arrivée, elle crée elle-même une nouvelle tradition en introduisant des éléments inédits dans la région. Le premier point est l’introduction inattendue de la pronoia (Πρόνοιας). La pronoia est un système byzantin qu’on a longtemps comparé au système féodal occidental, même s’il diffère dans son fonctionnement (je ne rentre pas ici dans les détails). Toujours est-il que, comme l’a relevé Mark Bartusis, ce système n’existait pas dans la région de Shkodër avant l’arrivée des Vénitiens. Différents documents des années 1416-1418 montrent toutefois que la pronoia est bien en place et utilisée par Venise pour s’attacher des figures locales. Ainsi, les Vénitiens ont introduit une pratique byzantine dans ce qu’ils devaient considérer comme une contrée byzantine. L’enquête de 1396 effectuée par le capitaine de Durrës, limite septentrionale de la pratique, est-elle responsable de cette introduction ? Notons au passage que le terme pronoia persiste étymologiquement dans la langue albanaise pour désigner la propriété (pronë).

Autre tradition introduite par les Vénitiens : un ajout aux statuts de Shkodër et non des moindres. La traduction comporte en effet en préambule un faux privilège d’Alexandre le Grand. Un faux privilège d’Alexandre circulait déjà depuis le premier quart du XIVe siècle dans les Balkans, attribuant aux Slaves les régions au bord du Danube. Mais le privilège des statuts de Shkodër est légèrement différent puisqu’y apparaissent les Illyriens associés à la Dalmatie, de quoi évidemment justifier le détachement de la côte dalmate de l’influence serbe, en y incluant Shkodër. Cependant l’ajout de ce privilège s’inscrit probablement dans une autre tradition. Comme le rapporte le chroniqueur Marin Barletti, originaire de Shkodër mais écrivant depuis Venise au tournant des XVe et XVIe siècles, un mythe apparaît au XVe siècle faisant d’Alexandre le Grand le fondateur de Shkodër. Si Marin Barletti n’y croit pas, il précise que la légende a été apportée par des étrangers à la ville (les Vénitiens) et qu’elle circule également parmi les Turcs. L’insertion de la référence à Alexandre le Grand en tête des statuts vient cependant opérer un glissement puisqu’elle justifie les mentions de roi au sein des statuts. La nouveauté vient alors au secours de la tradition, inscrivant le texte dans la relecture humaniste de l’Antiquité.

Bibliographie

Angelini (Paolo), « The Code of Dušan 1349-1354 », Tijdschrift voor Rechtsgeschiedenis, 80, 2012, p. 77-93.

Barletius (Marinus), De obsidione Scodrensi, Venice, Bernardino de Vitabilus, 1504

Bartusis (Mark C.), Land and privilege in Byzantium : the institution of pronoia, New York, Cambridge University Press, 2012.

Lonza (Nella), éd., The Statute of Dubrovnik of 1272 / Liber statutorum civitatis Ragusii compositus anno MCCLXXII, Dubrovnik: Državni arhiv u Dubrovniku, 2012.

Nadin (Lucia), dir., Statuti di Scutari della prima met adel secolo XIV con le addizioni fino al 1469, Rome, Viella, 2002.

Ortalli (Gherardo), « L’outil normatif et sa durée. Le droit statutaire dans l’Italie de tradition communale », Cahiers de recherches médiévales, 4, 1997, p. 163-173.

Schmitt (Oliver Jens), Das venezianische Albanien 1392-1479, München, R. Oldenbourg, 2001.

Schmitt (Oliver Jens), Korčula sous la domination de Venise au XVe siècle. Pouvoir, économie et vie quotidienne dans une île dalmate au Moyen Âge tardif, Paris, Collège de France, 2019.

Pour citer cet article: Mickaël Wilmart, "Tradition, adaptation et invention : les statuts de Shkodër (Albanie) aux XIVe et XVe siècles," in Novalis, 30/03/2021, https://novalis.hypotheses.org/80.

Remonter la mémoire d’un village à la fin du XVe siècle

Dans son dernier livre, Social Memory in Late Medieval England, Joel T. Rosenthal s’interroge sur la façon dont les villageois de la fin du Moyen Âge construisent une mémoire sociale. Lors d’enquêtes destinées à prouver l’âge requis pour les héritiers devant recevoir un leg, douze individus devaient témoigner en argumentant comment ils connaissaient ou se souvenaient de l’année de naissance du requérant. Se dessine alors à travers leurs dépositions une structuration sociale des souvenirs, par exemple en rapprochant d’autres évènements (mariage, naissance, décès, accident, intempéries, etc.) ou des éléments matériels marquants. Chaque élément avancé par le témoin l’inscrit dans une mémoire collective, celle de sa communauté (villageoise ou familiale). Si la politique mémorielle des villes ou de l’Église est plutôt bien connue, les historiens ne se sont pas attachés à la mémoire des villages, sans doute par présupposé anthropologique. Un monde « immobile », pour reprendre l’expression que je juge malheureuse d’Emmanuel Le Roy Ladurie, pouvait-il avoir une mémoire structurée ? Son rapport au temps est ainsi souvent réduit, de façon commode, à la coutume ou l’ancestralité des pratiques. Sans être portée par des écrits savants, chaque village a pourtant une mémoire collective dont témoignent les dépositions pour prouver l’âge des héritiers, mobilisées dans ce petit livre. Difficile cependant de trouver des sources équivalentes pour tous les territoires. Produite dans un autre contexte, l’enquête administrative ou seigneuriale peut-elle aussi nous en apprendre un peu plus sur ce qui fonde la mémoire d’un village ?

Three Peasants in Conversation, Albrecht Dürer (German, Nuremberg 1471–1528 Nuremberg), Engraving
La conversation entre paysans, un élément de constitution d’une mémoire sociale
(Albrecht Dürer, ca 1497, Metropolitan Museum of art, New York)

Une enquête menée en 1480 à Baron (Oise), à une douzaine de kilomètres au sud-est de Senlis, nous renseigne à la fois sur la composition démographique du village et sur la transmission de la mémoire. L’enquête vise à régler un conflit entre l’évêque de Senlis et un des seigneurs du lieu sur l’emplacement du cri public. La quarantaine de chefs de famille interrogés s’accordent tous sur une croix située sur la voirie en face de l’église paroissiale. Le rédacteur de l’acte précise qu’ils y « avoient de tout temps et d’ancienneté veu et oy faire les criz ». Il renvoie dans un premier temps à la mémoire des témoins, à leur capacité à se souvenir selon leur vécu au sein du village. Chacun précise d’ailleurs depuis combien de temps ils connaissent la pratique du cri au pied de la croix, de telle sorte qu’il s’agit d’abord d’une expérience individuelle. La formule suivante renvoie cependant à une mémoire commune par laquelle les témoins ont pu « oyr dire et maintenir à leurs predecesseurs que ainsi s’est toujours fait ». La transmission par les prédécesseurs s’inscrit dans la validation d’une coutume supposée immémoriale et entérine l’usage. Toutefois, contrairement à d’autres enquêtes que j’ai pu lire, il est vrai plus détaillées, on ne dresse pas de généalogie sommaire de cette transmission. Il faut dire qu’à Baron en 1480, les prédécesseurs ne sont pas forcément des parents mais plutôt des anciens comme le prouve la composition démographique du village.

Outre leurs noms, le document fournit deux types de renseignements sur les chefs de famille : leur âge et à quand remonte leur premier souvenir de la pratique du cri auprès de cette croix. Compte tenu des lacunes du document, les données ne sont complètes que pour 34 individus sur 39 listés, tous hommes adultes. La pyramide des âges que l’on peut esquisser à partir de cette liste montre que les témoins se répartissent entre 28 et 72 ans.

Pyramide des âges des chefs de famille de Baron en 1480

Les quadragénaires dominent le paysage démographique des chefs de famille, suivi de près par les trentenaires. Cependant, il faut noter qu’un quart d’entre eux a plus de 60 ans. On ne vit certes pas très vieux mais on peut atteindre et même dépasser les 70 ans. Les deux plus anciens, Pierre et Adenet Foulon, constituent la véritable mémoire du village : ils ont non seulement dépassé les 70 ans, mais leur souvenir remonte à 60 ans. Ils ont donc assisté au cri à cet endroit alors qu’ils avaient 10 et 12 ans. Tel n’est pas le cas de Philippe Grandin 68 ans dont la mémoire de l’usage ne remonte pas au-delà de 40 ans. Il avait alors 28 ans. En fait, il faut considérer la population des chefs de famille en deux groupes distincts : les natifs du village et ceux qui s’y sont installés adultes. Pour simplifier l’analyse des données, j’ai estimé qu’il était probable que si un homme pouvait faire remonter ses souvenirs concernant le cri public avant ses 15 ans, c’est qu’il était natif de Baron, ou du moins qu’il y avait passé une partie de son enfance et de son adolescence. Soulignons que l’âge limite semble être 10 ans, en deçà duquel aucun chef de famille ne se souvient de l’emplacement du cri. On doit supposer qu’il s’agit là d’un âge de raison qui marque la limite pour la validité juridique du témoignage.

Part des natifs selon la classe d’âge chez les chefs de famille de Baron en 1480

En suivant cet angle d’analyse, on s’aperçoit que seul un tiers des chefs de famille de Baron en 1480 sont natifs du lieu, et cette conclusion se fait sans lien avec leur âge. Ainsi, aucun sexagénaire ne semble l’être alors qu’on aurait pu les classer parmi les « anciens » du village au regard de leur âge. Les deux frères Foulon, qui ont dépassé les 70 ans, sont bien les seuls à pouvoir remonter aussi loin dans leurs souvenirs et font le lien avec les « prédécesseurs ». Peut-être même sont-ils les transmetteurs de l’usage aux nouveaux arrivants. En lisant attentivement les données concernant l’ancienneté des souvenirs, on peut en effet distinguer différentes vagues d’installation dans le village. Ainsi, l’année 1456 voit par exemple l’arrivée de six chefs de famille, probablement suite à un effort de repeuplement après la guerre de Cent Ans. La reconstruction des campagnes qui suit la fin de ce conflit s’étale dans le Bassin parisien sur plusieurs décennies. Il y a alors un véritable renouvellement de la population villageoise qui met à mal l’idée d’une histoire immobile des campagnes. A Charny, près de Meaux, dont j’ai pu étudier le marché du travail à partir d’un registre de justice seigneuriale, un seul patronyme est identique entre 1436 et 1475, ce qui montre un fort afflux de familles nouvelles dans le village. Les règlements de conflit devant la justice seigneuriale participent d’ailleurs de la transmission des usages. Ainsi, alors qu’il réclame le paiement d’une dette et qu’il reçoit une réponse à ses yeux peu satisfaisante, le marguillier de la paroisse répond « qu’il fera comme font les aultres et à la coustume du lieu », montrant par là son acceptation d’un usage qu’il ne connaissait pas.

Alors que les sources soulignent la désertion des villages pendant les années où la guerre touche directement la région, le repeuplement des bourgs n’entraîne pas une rupture de la mémoire coutumière. Les enquêtes menées à l’occasion de conflits autour de droits communautaires ou seigneuriaux participent d’une réaffirmation des usages et se basent sur la mémoire collective des villageois, une mémoire en partie héritée des familles indigènes et également transmise par les plus anciens aux nouveaux arrivants. Dans ce processus de construction d’une mémoire villageoise, les « prédécesseurs » ne sont de fait par forcément des ancêtres. Il est probable qu’il existait également au sein des communautés villageoises une hiérarchie mémorielle des familles sur laquelle reposait la transmission des usages. Un beau sujet d’histoire sociale qui reste à explorer…

Source 

BnF, ms. Fr. 26098, p. 1896, éditée dans Amédée Caix de Saint-Aymour, « Une enquête judiciaire à Baron en 1480 », Société d’histoire et d’archéologie de Senlis. Comptes rendus et mémoires, 1912, p. 78-88.

Bibliographie

Joel T. Rosenthal, Social Memory in Late Medieval England. Village life and Proofs of Age, Palgrave Macmillan, 2018, 124 p.

Mickaël Wilmart, « Travailler pour les autres dans un village de la région de Meaux à la fin du XVe siècle », Histoire et Sociétés rurales, 47, 1, 2017, p. 7-39.

Pour citer cet article: Mickaël Wilmart, "Remonter la mémoire d’un village à la fin du XVe siècle," in Novalis, 23/03/2021, https://novalis.hypotheses.org/72.

L’archer de la cathédrale de Meaux

Choisir comme premier thème abordé dans ce carnet, une petite statue en apparence insignifiante pourrait relever de la gageure. Elle incite cependant l’historien à se confronter à la tradition orale, à croiser son étude avec ses connaissances de l’évolution de la société urbaine et à contextualiser une production artistique non documentée pour en proposer une interprétation plausible. Clairement, elle invite à l’humilité : faute d’archive, on doit se contenter d’une hypothèse qu’il s’agit de rendre la plus solide possible.

Avouons-le tout de suite : l’intérêt de cette statue ne m’est apparu que récemment. Habitué à travailler à partir d’archives, j’avais naïvement tendance à estimer que la cathédrale relevait en grande partie de l’histoire de l’art. On n’échappe parfois pas aux clichés sur les champs disciplinaires, même sur un terrain qu’on parcourt depuis deux décennies… Ce petit archer est pourtant connu de pratiquement tous les habitants de Meaux : les services du tourisme et du patrimoine communiquent autour de lui en le mentionnant sur un panneau touristique, il avait même servi de fil conducteur à un spectacle historique opportunément intitulé Les flèches du temps. Il faut dire que cette statue a sa propre légende : mécontent des retards de paiement, un ouvrier du chantier de la cathédrale l’aurait installée là par vengeance en faisant pointer la flèche vers la maison du trésorier mauvais payeur. Tous ces éléments m’ont sans doute conduit à ne pas la prendre très au sérieux.

Le petit archer vu de la rue (autant avoir de bons yeux…)

Le petit archer se situe sous le troisième larmier d’un des contreforts du chevet de la cathédrale, plus précisément sur celui se dressant entre l’abside et l’une des chapelles rayonnantes. Peter Kurmann, auteur d’une magnifique thèse sur la cathédrale Saint-Etienne de Meaux, la signale – sans s’y attarder davantage – dans une note de bas de page comme une des rares statues médiévales encore en place dans la partie orientale du sanctuaire, les autres éléments décoratifs ayant été beaucoup retravaillés lors des chantiers de restauration de la fin du XIXe et du début du XXe siècle. Grâce à Peter Kurmann, on peut aussi dater précisément ce contrefort. La construction de la cathédrale de Meaux connaît un premier siècle mouvementé. Débutée à la fin du XIIe siècle, elle menace ruine au milieu du XIIIe siècle, un acte du chapitre évoquant même des colonnes qui se fissurent. Le recrutement de l’architecte Gautier de Varinfroy en 1253 ouvre une longue période de réparations et de modifications du projet initial : reprises en sous-œuvre, allégement des parties hautes, renforcement des colonnes. Sur le chevet, Gautier de Varinfroy conserve l’abside, mais modifie les chapelles rayonnantes. Logiquement, il refait les contreforts et les culées pour assurer la stabilité de l’ensemble. Le contrefort du petit archer fait partie de ce programme : on peut donc le dater entre 1254 et 1278. Le chantier sur cette partie de la cathédrale ne s’arrête pas là. Entre 1317 et 1326, on s’atèle à la construction des deux chapelles rayonnantes qui entourent encore aujourd’hui l’abside, le chevet n’en comptant jusque-là que trois. Une reprise du contrefort portant la statue est possible dans ces années-là puisqu’il est mitoyen de la nouvelle élévation. Dernier point à prendre en compte dans cette chronologie : la restauration du XIXe siècle. La rénovation de ce contrefort débute en 1858 et s’accompagne d’une pétition d’habitants réclamant le maintien de la statue de l’archer qui reçoit une réponse favorable du Ministère. Cette pétition est importante car elle écarte la piste d’une fantaisie des restaurateurs.

Logiquement, la statue pourrait correspondre aux deux phases de constructions citées précédemment : 1254-1278 ou 1317-1326. Un examen plus attentif de l’archer conduit cependant à les exclure toutes les deux. Malgré quelques cassures sur la statue et sa position qui ne permet pas une observation dans de bonnes conditions, on distingue parfaitement que le personnage est coiffé d’un bassinet à ventail, peut-être même d’un grand bassinet dont l’apparition est plus tardive que les dates de construction. On repère assez couramment ce type de casque dans les enluminures de la seconde moitié du XIVe siècle et son utilisation se poursuit tout le long du XVe siècle. Il reste toutefois rarement associé aux archers qu’on équipe plutôt de salades ou de barbutes plus légères et bouchant moins la vue (ce qui, pour tirer à l’arc, est plutôt utile). Pour resserrer la datation, il faut de nouveau revenir à la chronologie des travaux sur la cathédrale. Après une extension vers l’ouest dans les années 1330-1340, le chantier est à l’arrêt. Malgré un appel aux dons à la fin du XIVe siècle, les travaux ne reprennent véritablement que dans la seconde moitié du XVe siècle, après la Guerre de Cent Ans. L’extension de la partie occidentale se poursuit (le clocher n’est construit qu’au début du XVIe siècle) et on effectue un certain nombre de réparations. Un acte royal de 1447 souligne le mauvais état de la cathédrale avec peut-être un peu d’exagération. Il reste que des piliers sont restaurés et que les spécialistes de l’architecture ont noté des reprises en sous-œuvre pour consolider un édifice que des décennies d’inachèvement et de manque d’entretien avaient dû dégrader. Nouveauté intéressante, les commanditaires laissent désormais dans la pierre le témoignage de leur action. Deux évêques, Jean du Drac et Jean Lhuillier font ainsi sculpter leurs armes sur les piliers dont ils financent la restauration.

Dans cette mobilisation autour du nouveau chantier de la cathédrale, les autorités laïques ne sont pas en reste. Malgré une lacune documentaire importante, on sait grâce à des notes d’érudits modernes, que la municipalité fait des dons conséquents en faveur du projet : 240 livres en 1493, 200 en 1494 et encore la même somme en 1495. Les mêmes années, le chantier de l’église Saint-Christophe reçoit également des aides municipales. Il est fort probable que d’autres corps constitués participent ici ou là au financement de construction ou de réfection. La fin du XVe siècle voit aussi l’organisation d’une troupe d’archers et d’arbalétriers dans la ville. Comme dans la plupart des cités, l’ordonnance de 1448 instituant les francs-archers débouche sur la constitution d’une compagnie dont on ignore la sociologie. La municipalité meldoise met un point d’honneur à équiper à ses couleurs ses archers, sans doute issus de la bourgeoisie locale. Ainsi, en 1475, elle finance pour onze hommes (dix archers et un trompette) les tissus verts et rouges nécessaires à leur tenue, ainsi que des brigandines, des arcs et des arbalètes. Leur nombre est réduit à six en 1487, mais cette année-là ils participent au siège du château de Coucy. Ils s’entraînent alors sur des buttes situées à l’est de la ville, à proximité du terrain où s’élève la toute nouvelle tour des Arbalétriers qui leur sera définitivement allouée au milieu du XVIe siècle.

Tous ces éléments mis bout à bout vont maintenant nous permettre de proposer une hypothèse sur la présence de cette statue. Faire un sort à la légende du chanoine mauvais payeur est assez facile : il est en effet impossible d’installer une statue, qui plus est donnant sur une des rues du cloître canonial, secrètement ou sans l’aval du chapitre. Une fois écartée la piste de l’artiste facétieux, il faut essayer de comprendre à quoi peut correspondre cet élément sculpté. Notons d’abord que c’est un élément unique. Aucun autre contrefort ne comporte de statue et il ne semble donc pas s’intégrer à un programme plus vaste. La taille de la statue et la qualité plutôt moyenne de sa facture tranche également avec les sculptures réalisées au cours de la fin du XVe siècle sur le portail nord de la façade occidentale. On n’est vraisemblablement pas dans la même catégorie d’artiste. Son emplacement pose aussi question : pourquoi au niveau des chapelles rayonnantes dont aucune n’appelle à la présence d’un archer (ce qui aurait pu être le cas avec saint Sébastien par exemple) et pourquoi ce contrefort ? Ce dernier n’est pourtant pas orienté vers une direction anodine : il pointe directement vers la tour des Arbalétriers (et de leur terrain d’entraînement) sur lesquels l’archer porte son regard.

Puisque le dernier quart du XVe siècle est aussi celui de l’organisation de cette compagnie d’archers et de leurs premiers exploits, la coïncidence est troublante. On peut légitimement émettre deux hypothèses : soit les archers ont participé à la restauration de ce contrefort et ont voulu l’inscrire dans la pierre à l’instar des évêques pour les piliers de la nef, soit il s’agit d’une forme d’ex-voto en remerciement de la protection des archers lors d’un combat (ou d’un concours ?).

On le voit, comprendre la présence d’une si petite statue peut dépasser le seul cadre de l’histoire de l’art. Si sa datation, même peu précise, ne peut se faire qu’en établissant une chronologie fine des phases de constructions et de rénovations, proposer une clé d’interprétation ne peut se faire sans connaître le contexte social de sa production. La seconde moitié du XVe siècle est l’époque de la renaissance d’une institution municipale à Meaux. Après un siècle de contrôle étroit par les officiers royaux, les échevins, réinstallés dans leurs prérogatives, engagent d’importants chantiers pour embellir la ville et assurer sa défense. La troupe d’archers entretenue par la municipalité participe à la fois d’un effort militaire et de représentation puisqu’ils portent les couleurs de la ville. Ce lien étroit entre la ville et ses archers s’est sans doute étiolé au fil des siècles de l’époque moderne et l’attachement à l’archer de la cathédrale manifesté au milieu du XIXe siècle par la pétition réclamant son maintien ne s’inscrit évidemment pas dans sa continuité. La légende populaire, qu’il faudrait encore datée, donne d’ailleurs un tout autre sens à la statue. Il reste que ce petit archer est encore aujourd’hui un élément incontournable du patrimoine local.

Bibliographie

Pierre Charon (dir.), La cathédrale Saint-Etienne de Meaux, dir. Pierre Charon, Meaux, Société d’histoire de Meaux et de sa région, 2014, 479 p.

Peter Kurmann, La cathédrale de Meaux. Étude architecturale, Paris, Art et métiers graphiques, 1971, 169 p.

Mickaël Wilmart, Meaux au Moyen Âge. Une ville et ses hommes du XIIe au XVe siècle, Montceaux-lès-Meaux, Editions Fiacre, 2013, 404 p.

Pour citer cet article: Mickaël Wilmart, "L’archer de la cathédrale de Meaux," in Novalis, 17/03/2021, https://novalis.hypotheses.org/56.

Pourquoi Novalis ?

Novalis, jachère : « État d’une terre labourable qu’on laisse reposer temporairement en ne lui faisant pas porter de récolte afin qu’elle produise ensuite abondamment » (TLFi). Ce carnet est une mise en jachère des trouvailles parallèles, des pistes effleurées et des réflexions inachevées. En attendant la suite…
La recherche en archives est faite de petites découvertes qu’on n’utilise jamais (ou pas tout de suite), qui portent à réflexion sur l’instant car elles ouvrent une fenêtre sur un univers et aident à comprendre un contexte. Elles ne rentrent cependant que rarement dans l’économie globale d’un projet de recherches à portée plus générale. Le carnet présentera donc, sous la forme de notules, ces éléments écartés ou délaissés qui font pourtant sens et qui illustrent le fonctionnement des sociétés médiévales.