Des paysans armés ? Deux exemples en Île-de-France à la fin du XIIIe siècle

En 1274, Pierre de Chevry, abbé de Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne) demande à tous les hommes du village et des hameaux qui en dépendent[1] de s’armer sous les 40 jours.  Fin connaisseur de la sociologie de la population dont il est le seigneur, il intègre dans son acte une stratigraphie sociale composée de quatre catégories d’individus qui doivent s’équiper selon leur fortune (« arma sufficienter, secundum quantitatem facultatum suarum »). L’élite villageoise est composée de 12 hommes possédant des biens d’une valeur supérieure à 60 livres. Ils ont l’obligation de s’équiper d’un haubert (« loricam vel hauberjons »), d’un « chapeau de fer » (capella de ferro), d’une épée (« spatam sive ensem ») et d’un couteau (« cultram »). Ceux (une cinquantaine d’hommes) dont les biens ont une valeur comprise entre 30 et 60 livres doivent acquérir un équipement légèrement inférieur : si on retrouve l’épée, le couteau et le chapeau de fer, le haubert est remplacé par un gambison (« tunicas gambesatas sive gambesonos »), sorte de pourpoint rembourré qu’on portait normalement sous le haubert ou la côte de maille et qui, faute de moyens suffisants, sert ici de protection du corps. Ceux dont les biens sont compris entre 10 et 30 livres doivent posséder un « chapeau de fer », une épée sans fourreau, un couteau et une fourche de fer, l’économie se faisant sur la protection corporelle et l’usage militaire d’un outil agricole. Enfin, les plus pauvres du village doivent s’équiper d’un arc, de flèches et d’un couteau (« arcus, sagittas et cultellum »)  et se mobiliser sans élément de protection. Si l’acte a été conservé pour prouver le droit des abbés de Saint-Maur à convoquer un ban, il témoigne également d’une attention particulière à une hiérarchie sociale des tenanciers. S’il n’est pas certain que les mieux armés aient été réellement des paysans (il pourrait s’agir, par exemple, de bourgeois parisiens tenant des terres dépendant de l’abbaye), les deux dernières catégories semblent bien renvoyer au monde villageois, comme le laisse penser la mention d’une fourche dans les armes. Les exigences des moines de Saint-Maur en la matière ne sont pas isolées. L’abbaye Saint-Germain-des-Prés procède également à ce genre de convocation comme à Issy-les-Moulineaux en juin 1295. À cette date, « touz les hostes d’Yssi » sont appelés à se rassembler sous huit jours « apparilez de armeures souffisamment, et à pié et à cheval, chascun soulont son estat ». L’armement individuel n’est pas détaillé mais le texte renvoie lui aussi aux moyens de chacun selon une hiérarchie sociale sous-entendue mais connue des autorités et des villageois. Le récit du rassemblement rapporté dans le registre de Saint-Germain-des-Prés est par contre plus clair sur les intentions des moines, seigneurs du lieu. Le constat est fait que les tenanciers dépendant des vassaux de l’abbaye ne sont pas présents, ce qui débouche sur une procédure judiciaire imposant à tous les tenanciers, y compris ceux dépendant des fiefs et arrières-fiefs, de répondre à la convocation du ban. L’enjeu n’est donc pas tant d’armer les paysans que d’affirmer l’autorité seigneuriale de l’abbé. Il reste que la conséquence matérielle de cette affirmation est bien l’obligation pour les habitants de disposer d’armes (a minima dans le cas de Saint-Maur, d’un arc et d’un couteau), sans qu’on sache si celles-ci sont conservées à domicile ou dans un lieu commun.

Représentation de paysans en armes lors de la Jacquerie en Beauvaisis
(BM Besançon, ms 677, f. 98, fin XIVe s.)

L’armement paysan a été très peu abordé par les historiens médiévistes, sans doute un peu victimes du carcan inutilement rigide de la théorie des trois ordres réservant le rôle du combattant à l’aristocratie. La question a cependant été posée par Pierre Bonnassie pour le paysan libre du tournant des Xe-XIe siècles, soulignant que sa liberté pouvait être dûe au fait qu’il « est encore, du moins en certains lieux, un homme armé », même s’il rappelle dans la foulée que « ce problème de l’armement paysan est, à vrai dire, extrêmement mal connu », faute de sources adéquates et aussi parce que les conciles de Paix présentent systématiquement les paysans comme « sans armes ». Les actes franciliens de la fin du XIIIe siècle se font de toute façon dans un contexte social et politique bien différent. C’est finalement l’historiographie des XIVe et XVe siècles qui a le plus évoqué les armes des paysans. Ainsi, Vincent Challet, en survolant les révoltes paysannes de la seconde moitié du XIVe siècle, ne peut que relever qu’elles impliquent un armement minimal, notamment dans le cas des actions menées par les Jacques ou les Tuchins dont les sources relèvent leur équipement (arbalètes, épées) sans s’en étonner outre mesure. Pour lui, l’image d’Épinal du paysan armé d’un simple bâton ne tient pas devant la capacité de résistance et d’engagement de ces mouvements dans des combats face à des professionnels de la guerre. De fait, il en conclut que « les campagnes de la fin du Moyen Âge abondent en armes, contrairement à ce que l’on pourrait penser, signe tangible que le désarmement paysan n’a jamais été véritablement effectif ». D’ailleurs, pour la seconde moitié du XIVe siècle, les travaux de Françoise Piponnier à partir des inventaires après-décès bourguignons montrent qu’on peut effectivement trouver chez des paysans aux fortunes variées un équipement militaire minimal pouvant aller jusqu’à l’arbalète, même si ces mentions ne concernent pas la majorité des cas.

Situés chronologiquement entre deux périodes sur lesquelles l’historiographie a plus porté son regard, ces actes des abbés de Saint-Maur-des-Fossés et Saint-Germain-des-Prés posent différemment la question de l’armement paysan : le villageois armé n’est ici ni un homme libre cherchant à se défendre ni un révolté, il obéit à une injonction seigneuriale sans enjeu militaire. Celle-ci s’appuie-t-elle sur un armement paysan déjà effectif ou l’encourage-t-elle ? Difficile de trancher à ce stade : il serait nécessaire de recenser ce type de convocations et de penser les continuités juridiques et matérielles qu’elles entraînent.

Bibliographie

Pierre Bonnassie, « D’une servitude à l’autre (des paysans du royaume, 987-1031) », in R. Delort (dir.), La France de l’An mil, Paris, 1990, p. 125-141.

Vincent Challet, « Al arma ! Al arma ! Prises d’armes et recours aux armes à l’époque médiévale : entre autodéfense et revendication de liberté », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 118-4, 2011, p. 21-34.

Françoise Piponnier, « L’armement personnel en Bourgogne à l’époque de la guerre de Cent Ans », Fasciculi archaeologiae historicae, 15, 2002, p. 71-78.

Louis Tanon, Histoire des justices des anciennes églises et communautés monastiques de Paris: suivie des registres inédits de Saint-Maur-des-Fossés, Sainte-Geneviève, Saint-Germain-des-Prés, et du registre de Saint-Martin-des Champs, Paris, 1887.

Anne Terroine, Un abbé de Saint-Maur au 13e siècle: Pierre de Chevry 1256-1258, Paris, 1968.


[1] Le territoire de Saint-Maur-des-Fossés englobaient la commune actuelle de Joinville-le-Pont avant la Révolution. L’acte mentionne la Varenne (aujourd’hui quartier de la ville) comme lieu de rassemblement, mais aussi des hommes venus de Champigny et Nogent, aujourd’hui communes limitrophes, et encore Champignol, aujourd’hui quartier de Saint-Maur.

Pour citer cet article: Mickaël Wilmart, "Des paysans armés ? Deux exemples en Île-de-France à la fin du XIIIe siècle," in Novalis, 25/11/2021, https://novalis.hypotheses.org/125.

2 réflexions au sujet de « Des paysans armés ? Deux exemples en Île-de-France à la fin du XIIIe siècle »

  1. Je suis étonné de la composition de l’équipement. J’aurai imaginé plus d’arme d’hast et je suis surpris de l’absence de bouclier. Sait-on de quel type d’épée on parle ? une ou deux mains ?
    Article passionnant en tout cas, habitant sur les anciennes terre de l’abbaye de st Maur je sais à présent dans quoi investir en cas de convocation du ban ^^

    1. Merci por votre lecture et vos remarques. La terminologie des actes ne permet pas plus de précisions, malheureusement. On imagine des épées légères, mais ce n’est qu’une supposition. Quant au bouclier, aucune mention non plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.