L’archer de la cathédrale de Meaux

Choisir comme premier thème abordé dans ce carnet, une petite statue en apparence insignifiante pourrait relever de la gageure. Elle incite cependant l’historien à se confronter à la tradition orale, à croiser son étude avec ses connaissances de l’évolution de la société urbaine et à contextualiser une production artistique non documentée pour en proposer une interprétation plausible. Clairement, elle invite à l’humilité : faute d’archive, on doit se contenter d’une hypothèse qu’il s’agit de rendre la plus solide possible.

Avouons-le tout de suite : l’intérêt de cette statue ne m’est apparu que récemment. Habitué à travailler à partir d’archives, j’avais naïvement tendance à estimer que la cathédrale relevait en grande partie de l’histoire de l’art. On n’échappe parfois pas aux clichés sur les champs disciplinaires, même sur un terrain qu’on parcourt depuis deux décennies… Ce petit archer est pourtant connu de pratiquement tous les habitants de Meaux : les services du tourisme et du patrimoine communiquent autour de lui en le mentionnant sur un panneau touristique, il avait même servi de fil conducteur à un spectacle historique opportunément intitulé Les flèches du temps. Il faut dire que cette statue a sa propre légende : mécontent des retards de paiement, un ouvrier du chantier de la cathédrale l’aurait installée là par vengeance en faisant pointer la flèche vers la maison du trésorier mauvais payeur. Tous ces éléments m’ont sans doute conduit à ne pas la prendre très au sérieux.

Le petit archer vu de la rue (autant avoir de bons yeux…)

Le petit archer se situe sous le troisième larmier d’un des contreforts du chevet de la cathédrale, plus précisément sur celui se dressant entre l’abside et l’une des chapelles rayonnantes. Peter Kurmann, auteur d’une magnifique thèse sur la cathédrale Saint-Etienne de Meaux, la signale – sans s’y attarder davantage – dans une note de bas de page comme une des rares statues médiévales encore en place dans la partie orientale du sanctuaire, les autres éléments décoratifs ayant été beaucoup retravaillés lors des chantiers de restauration de la fin du XIXe et du début du XXe siècle. Grâce à Peter Kurmann, on peut aussi dater précisément ce contrefort. La construction de la cathédrale de Meaux connaît un premier siècle mouvementé. Débutée à la fin du XIIe siècle, elle menace ruine au milieu du XIIIe siècle, un acte du chapitre évoquant même des colonnes qui se fissurent. Le recrutement de l’architecte Gautier de Varinfroy en 1253 ouvre une longue période de réparations et de modifications du projet initial : reprises en sous-œuvre, allégement des parties hautes, renforcement des colonnes. Sur le chevet, Gautier de Varinfroy conserve l’abside, mais modifie les chapelles rayonnantes. Logiquement, il refait les contreforts et les culées pour assurer la stabilité de l’ensemble. Le contrefort du petit archer fait partie de ce programme : on peut donc le dater entre 1254 et 1278. Le chantier sur cette partie de la cathédrale ne s’arrête pas là. Entre 1317 et 1326, on s’atèle à la construction des deux chapelles rayonnantes qui entourent encore aujourd’hui l’abside, le chevet n’en comptant jusque-là que trois. Une reprise du contrefort portant la statue est possible dans ces années-là puisqu’il est mitoyen de la nouvelle élévation. Dernier point à prendre en compte dans cette chronologie : la restauration du XIXe siècle. La rénovation de ce contrefort débute en 1858 et s’accompagne d’une pétition d’habitants réclamant le maintien de la statue de l’archer qui reçoit une réponse favorable du Ministère. Cette pétition est importante car elle écarte la piste d’une fantaisie des restaurateurs.

Logiquement, la statue pourrait correspondre aux deux phases de constructions citées précédemment : 1254-1278 ou 1317-1326. Un examen plus attentif de l’archer conduit cependant à les exclure toutes les deux. Malgré quelques cassures sur la statue et sa position qui ne permet pas une observation dans de bonnes conditions, on distingue parfaitement que le personnage est coiffé d’un bassinet à ventail, peut-être même d’un grand bassinet dont l’apparition est plus tardive que les dates de construction. On repère assez couramment ce type de casque dans les enluminures de la seconde moitié du XIVe siècle et son utilisation se poursuit tout le long du XVe siècle. Il reste toutefois rarement associé aux archers qu’on équipe plutôt de salades ou de barbutes plus légères et bouchant moins la vue (ce qui, pour tirer à l’arc, est plutôt utile). Pour resserrer la datation, il faut de nouveau revenir à la chronologie des travaux sur la cathédrale. Après une extension vers l’ouest dans les années 1330-1340, le chantier est à l’arrêt. Malgré un appel aux dons à la fin du XIVe siècle, les travaux ne reprennent véritablement que dans la seconde moitié du XVe siècle, après la Guerre de Cent Ans. L’extension de la partie occidentale se poursuit (le clocher n’est construit qu’au début du XVIe siècle) et on effectue un certain nombre de réparations. Un acte royal de 1447 souligne le mauvais état de la cathédrale avec peut-être un peu d’exagération. Il reste que des piliers sont restaurés et que les spécialistes de l’architecture ont noté des reprises en sous-œuvre pour consolider un édifice que des décennies d’inachèvement et de manque d’entretien avaient dû dégrader. Nouveauté intéressante, les commanditaires laissent désormais dans la pierre le témoignage de leur action. Deux évêques, Jean du Drac et Jean Lhuillier font ainsi sculpter leurs armes sur les piliers dont ils financent la restauration.

Dans cette mobilisation autour du nouveau chantier de la cathédrale, les autorités laïques ne sont pas en reste. Malgré une lacune documentaire importante, on sait grâce à des notes d’érudits modernes, que la municipalité fait des dons conséquents en faveur du projet : 240 livres en 1493, 200 en 1494 et encore la même somme en 1495. Les mêmes années, le chantier de l’église Saint-Christophe reçoit également des aides municipales. Il est fort probable que d’autres corps constitués participent ici ou là au financement de construction ou de réfection. La fin du XVe siècle voit aussi l’organisation d’une troupe d’archers et d’arbalétriers dans la ville. Comme dans la plupart des cités, l’ordonnance de 1448 instituant les francs-archers débouche sur la constitution d’une compagnie dont on ignore la sociologie. La municipalité meldoise met un point d’honneur à équiper à ses couleurs ses archers, sans doute issus de la bourgeoisie locale. Ainsi, en 1475, elle finance pour onze hommes (dix archers et un trompette) les tissus verts et rouges nécessaires à leur tenue, ainsi que des brigandines, des arcs et des arbalètes. Leur nombre est réduit à six en 1487, mais cette année-là ils participent au siège du château de Coucy. Ils s’entraînent alors sur des buttes situées à l’est de la ville, à proximité du terrain où s’élève la toute nouvelle tour des Arbalétriers qui leur sera définitivement allouée au milieu du XVIe siècle.

Tous ces éléments mis bout à bout vont maintenant nous permettre de proposer une hypothèse sur la présence de cette statue. Faire un sort à la légende du chanoine mauvais payeur est assez facile : il est en effet impossible d’installer une statue, qui plus est donnant sur une des rues du cloître canonial, secrètement ou sans l’aval du chapitre. Une fois écartée la piste de l’artiste facétieux, il faut essayer de comprendre à quoi peut correspondre cet élément sculpté. Notons d’abord que c’est un élément unique. Aucun autre contrefort ne comporte de statue et il ne semble donc pas s’intégrer à un programme plus vaste. La taille de la statue et la qualité plutôt moyenne de sa facture tranche également avec les sculptures réalisées au cours de la fin du XVe siècle sur le portail nord de la façade occidentale. On n’est vraisemblablement pas dans la même catégorie d’artiste. Son emplacement pose aussi question : pourquoi au niveau des chapelles rayonnantes dont aucune n’appelle à la présence d’un archer (ce qui aurait pu être le cas avec saint Sébastien par exemple) et pourquoi ce contrefort ? Ce dernier n’est pourtant pas orienté vers une direction anodine : il pointe directement vers la tour des Arbalétriers (et de leur terrain d’entraînement) sur lesquels l’archer porte son regard.

Puisque le dernier quart du XVe siècle est aussi celui de l’organisation de cette compagnie d’archers et de leurs premiers exploits, la coïncidence est troublante. On peut légitimement émettre deux hypothèses : soit les archers ont participé à la restauration de ce contrefort et ont voulu l’inscrire dans la pierre à l’instar des évêques pour les piliers de la nef, soit il s’agit d’une forme d’ex-voto en remerciement de la protection des archers lors d’un combat (ou d’un concours ?).

On le voit, comprendre la présence d’une si petite statue peut dépasser le seul cadre de l’histoire de l’art. Si sa datation, même peu précise, ne peut se faire qu’en établissant une chronologie fine des phases de constructions et de rénovations, proposer une clé d’interprétation ne peut se faire sans connaître le contexte social de sa production. La seconde moitié du XVe siècle est l’époque de la renaissance d’une institution municipale à Meaux. Après un siècle de contrôle étroit par les officiers royaux, les échevins, réinstallés dans leurs prérogatives, engagent d’importants chantiers pour embellir la ville et assurer sa défense. La troupe d’archers entretenue par la municipalité participe à la fois d’un effort militaire et de représentation puisqu’ils portent les couleurs de la ville. Ce lien étroit entre la ville et ses archers s’est sans doute étiolé au fil des siècles de l’époque moderne et l’attachement à l’archer de la cathédrale manifesté au milieu du XIXe siècle par la pétition réclamant son maintien ne s’inscrit évidemment pas dans sa continuité. La légende populaire, qu’il faudrait encore datée, donne d’ailleurs un tout autre sens à la statue. Il reste que ce petit archer est encore aujourd’hui un élément incontournable du patrimoine local.

Bibliographie

Pierre Charon (dir.), La cathédrale Saint-Etienne de Meaux, dir. Pierre Charon, Meaux, Société d’histoire de Meaux et de sa région, 2014, 479 p.

Peter Kurmann, La cathédrale de Meaux. Étude architecturale, Paris, Art et métiers graphiques, 1971, 169 p.

Mickaël Wilmart, Meaux au Moyen Âge. Une ville et ses hommes du XIIe au XVe siècle, Montceaux-lès-Meaux, Editions Fiacre, 2013, 404 p.



Citer ce billet
Mickaël Wilmart (2021, 17 mars). L’archer de la cathédrale de Meaux. Novalis. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sfpd

Une réflexion sur « L’archer de la cathédrale de Meaux »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search